Yengong

Pour ceux qui aiment la poésie ! Et vivre dans le souffle des lettres, qui nous amènent dans un autre univers !

 

jardin d’enfant 24 avril 2014

Classé dans : Poésie — Yengong @ 22 h 34 min

Sur le sol, enchainer

Les rires joyeux dansant

Parmi les fruits du jardin

Des enfants se tiennent la main

Le verger cache les graines

Et les pousses vertes

Accueillent l’Eve imaginaire

Les arbres millénaires abritent

Les soeurs du ciel

La terre et l’eau mélangée

Par des petites mains

Dans la ronde des bois

Joignant les branches nues

Et les chants magnifiques

Laisse tomber les feuilles

Sur les mères attendant

Que la comptine sarrette

Que les yeux émerveillés

Se ferment doucement

Dans les bras, ramenant

Les petits êtres endormit

à la réalité, abandonnant

Le jardin de leur coeur inoffensif.

 

alix saint gilles

 

 

Marche infinie 3 avril 2014

Classé dans : Poésie — Yengong @ 17 h 29 min

Dans les couloirs,

Aux mille miroirs,

Les pas résonnent,

Pas à pas,

 

Marche infinie

Les années passent,

 

Marche infinie

Les heures se décalent,

 

Marche infinie

Le temps est bloqué,

Les miroirs brillent,

Une porte se dessine,

 

Sur la marche infinie

Les mécanismes du vent,

S’effondrent dans,

Le reflet qu’est le temps,

Parfum de vie,

 

Sur la marche infinie

Les minutes se cachent,

Chemin sans lendemain,

 

Marche infinie

Sur les plans de l’eau rare.

 

alix saint gilles

 

 

Âmes des abîmes

Classé dans : Poésie — Yengong @ 17 h 10 min

Les âmes souffrantes

Hurlant a l’agonie

Criant le martyre

Habillé de pansement

Coloré de sang

Recouvert de meurtrissures

Recouvert de blessures

Ne pouvant bougées

Elles restent cloitrées

Ne pouvant parlées

Elles restent a nous dévisagées

La peur les ronges de l’intérieur

La mort les guettes de l’extérieur

Les larmes coulaient

Les espoirs mutilés

Et que les cœurs vacillent

Arrêtant ces vies

Dans leurs dernier soupirs.

 

alix saint gilles

 

 

Petite fille dans les saisons 20 janvier 2014

Classé dans : Poésie — Yengong @ 13 h 19 min

Je suis une petite fille

qui détient le vent

qui coure dans le printemps.

Je suis une petite fille

qui rêve de comment était le monde

qui se beigne dans les fleurs blonde.

Je suis une petite fille

qui balaye le temps monotone

qui regarde les couleurs de l’automne.

Je suis une petite fille

qui rougie dans les prairies de verre

qui joue dans le souffle blanc de l’hiver.

Alix Saint Gilles

 

 

Destinée 9 novembre 2013

Classé dans : Poésie — Yengong @ 13 h 49 min

L’encre noire

écrie la vie

sur les pages du livre d’or.

La plume d’ivoire rouge

dessine l’avenir,

d’un trait l’horizon s’illumine.

Le destin n’est plus un hasard,

des ailes se déploie

vole vers les étoiles

qui dominent le voile de la nuit.

 

Alix saint gilles

 

 

Ma vie

Classé dans : Poésie — Yengong @ 12 h 46 min

Ma vie est une image se fixant aux murs,

passant de main en main.

Ma vie est une goutte qui tombe,

qui éclabousse

qui coule sur des joue.

Ma vie est un cœur qui bat,

qui s’éloigne et se détache,

qui se case, se fissure,

explose en mille éclats

quand on le fracasse.

Ma vie est ce qui est incompréhensible,

insaisissable,

indomptable,

ce qui ma étai pris.

 

Alix saint gilles

 

 

Pour Chouchou 19 septembre 2013

Classé dans : Poésie — Yengong @ 12 h 49 min

Tu es venue un soir

Nous étions en français

M’a dit je peux m’asseoir ?

Et tout a commencé

De simple camarade, tu es devenue amie

Une amie pour la vie, amie que je chéris

Mon chouchou rien qu’à moi

Je t’adore c’est comme ça

De fous rires en balades

De mots en rigolades

Heure par heure jour par jour

L’amitié pour toujours

C’est juste quelques mots

Qui ne volent pas bien haut

Pour te dire, je l’écris :

C+C= Amies pour la vie !

De la part de Loulou !!!!

 

 

Sous le porche de Notre Dame 18 septembre 2013

Classé dans : Poésie — Yengong @ 17 h 47 min

Quand au matin levant, sur Paris endormi

Le soleil se lève et commence sa ronde

Quand en te levant, seul tu étais parti

Tu m’as laissé perdue dans l’effroyable monde

Et tes mots te reviennent, douleurs insurmontables

La vie m’est devenue noire, la douceur détestable

Meurtrie par l’absence de tes mots

La meilleure vie pour moi serait le long repos

L’aiguille tic l’aiguille tac et le cœur bat encore

La vie glisse la mort claque pour que tu m’aimes encore

Pour que tout l’abandon ne soit qu’un seul souvenir

Que te voir à son bras ne me fasse plus souffrir

Le repos éternel sous les gargouilles de pierre

Quand ma vie se dévore par l’appel des chimères

Vient à moi et repart ; le porche de Notre Dame

De l’attente je suis lasse seule me sauve la flamme

 

 

Si les mots juste trois…

Classé dans : Poésie — Yengong @ 17 h 29 min

Si les mots juste trois indolente marquise

Si ton cœur juste là, arrive en terre promise

Si le bateau déchu arrive à l’horizon

Si mon cœur que je voile repart à l’abandon

J’écrirai dans les flammes les lettres de ton âme

Je garderai espoir ; que je t’aime et le clame

Les mots durs les coups bas les soupirs et les chaînes

Les enfouirai la bas pour ma vie et moi-même

L’espoir mon seul mot, mon seul  ordre, ma promesse

Sera alors pour toi l’indescriptible liesse

D’un avion qui s’en va et part au paradis

D’un oiseau qui s’envole et te dit pour la vie

 

 

Le sens de la vie 17 septembre 2013

Classé dans : Poésie — Yengong @ 19 h 24 min

Découvrir le sens

Des mots sur une page

Retrouver la présence

Des couleurs, des images

Colorer l’arc en ciel

Avec les couleurs de nuit

Voir le ciel et la plaine

L’amour et l’infini

Sur les plaines canadiennes

Voir la vie et les choses

Sur les rives de la Seine

Connaitre enfin l’osmose

Et la vie sous mes pieds

L’avenir sur mes pas

Découvrir le passé

Obéir au trépas

 

Alice Belithraviel

 

123
 
 

Les bons Mo de Gi |
l'homme_impressionnant |
Compflubofsen |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Lysblanc
| Morrsedestpo
| Cabtaigueclos